Le prix Emile GALLE 2019

la sélection du jury dans la serre de Nancy

Remise du prix à « Pépinière en vert » le samedi 7 septembre 2019

une assistance nombreuse malgré un temps maussade
Allocution du Président Patrick BLANCHOT

les lauréats présentent leurs ouvrages et leurs diplômes au public, accompagné du Maire de Nancy, de René HARY et Patrick BLANCHOT
Présentation des prix par les auteurs.
Le prix É. GALLÉ « L’odyssée des plantes, sauvages et cultivées » de Mr Serge HAMON aux éditions IRD et Quae
Le prix Jeunesse « La nature 120 découvertes scientifiques. Pour tout comprendre.
 » De Gilles HARPOUTIAN aux Editions Contre-dires    

Les deux lauréats à la table des dédicaces au coté de notre sponsor Mr HARY de DÉCOR’JARDIN

Présentation des ouvrages par Brigitte FERRY

Honneur aux Sciences Naturelles     

Le jury a décerné le Prix à l’ouvrage scientifique « L’odyssée des  plantes sauvages et cultivées »         

Révolutions d’hier et d’aujourd’hui de Serge HAMON Editions IRD et Quae.

Docteur en génétique végétale, Serge HAMON a dirigé de nombreux travaux de recherche traitant de la diversité et de l’adaptation des plantes. Il a contribué aux réflexions sur les ressources génétiques au niveau national et international.  C’est pour répondre à l’omniprésente inquiétude écologique et aux nombreuses questions du grand public sur la création des plantes OGM et sur les rapides et inéluctables changements climatiques, que l’auteur a écrit cette remarquable Histoire des plantes depuis leur apparition sur la terre jusqu’aux plus récents organismes génétiquement modifiés.

Silencieuses et immobiles, les plantes sont en danger. Compagnes de l’homme depuis tout temps, elles le nourrissent, le soignent, l’habillent, l’abritent. Elles jouent un rôle crucial dans le fonctionnement de notre planète grâce à leur aptitude à fournir de l’oxygène, à stabiliser les sols et capturer le dioxyde de carbone. Pour en savoir plus sur ces auxiliaires irremplaçables, Serge HAMON nous raconte le périple de leur coévolution avec le monde animal et humain, comment elles se sont adaptées et défendues face à leurs agresseurs. 

C’est une véritable odyssée que nous peint l’auteur à grand renfort de photographies et de dessins pédagogiques. L’histoire méconnue de notre relation aux plantes s’écrit au fil des découvertes des premiers navigateurs, des botanistes, biologistes et généticiens qui ont participé aux différentes révolutions scientifiques du monde végétal, jusqu’au développement fulgurant de la génomique dans les années 2000. De très fortes modifications environnementales eurent lieu au cours des temps géologiques. Les premières plantes ayant colonisé la terre sont apparues il y a environ 500 millions d’années. Cinq extinctions majeures d’espèces animales et végétales se sont produites avant l’apparition, il y 65 millions d’années, des plantes à fleurs qui marque une véritable révolution biologique.  Presque tous les ancêtres des familles végétales actuelles étaient déjà sur Terre il y a 30 millions d’années. A l’échelle de l’évolution naturelle, nos relations avec les plantes occupent une durée bien courte, encore leur histoire serait-elle dérisoire si elle n’était pleine de péripéties, de surprises et ne prenait aujourd’hui un cours catastrophique. Depuis à peine 15 000 ans, les sociétés humaines sont partie prenante de cette odyssée par le biais de la domestication des plantes et des transformations de leurs pratiques agricoles. En seulement un demi-siècle, on assiste à un effondrement de la biodiversité. Les activités humaines perturbent le complexe et fragile équilibre de l’environnement ; l’accélération du réchauffement climatique qui en découle ne permet pas aux plantes de s’adapter à ces nouvelles conditions. La nature n’a plus le temps de se regénérer. L’Homme sera-t-il l’unique responsable d’une sixième extinction majeure ? Saurat-il relever le défi de la préservation des espèces, comprendra-t-il l’importance de respecter de la Terre ? Serge HAMON propose une réflexion sur ce qu’il est encore possible de faire à la lumière de pratiques traditionnelles et ancestrales de culture, remises à la mode par la permaculture et l’agroécologie. Il met à la portée de tous les lecteurs, étudiants, agriculteurs, botanistes, jardiniers, les dernières connaissances en science fondamentale : travail sur l’ADN, sélections génétiques, etc. Il décrit les innovations biotechnologiques qui permettent de mieux comprendre les très nombreuses stratégies biologiques inventées par les végétaux.  Sachant que l’on ne prend soin que de ce que l’on connaît bien et qu’on ne saurait conserver la nature sans bien la décrire.

›š

                         » LA NATURE 120 découvertes scientifiques. Pour tout comprendre. » De Gilles HARPOUTIAN Editions Contre-dires.

             Gilles HARPOUTIAN est un journaliste spécialisé dans la vulgarisation scientifique. Il est le fondateur du Monde de l’intelligence et du Monde des Sciences. Depuis plusieurs années, il rend accessibles les découvertes des chercheurs du monde entier. Gilles HARPOUTIAN nous présente dans cet ouvrage attrayant, un instantané des découvertes les plus marquantes des années 2018/2019. En ouvrant ce livre à n’importe quelle page, on découvre les merveilles d’ingéniosité de la nature, des histoires étonnantes sur la faune et la flore que l’on n’a de cesse de partager en famille.  Chaque sujet est traité sous la forme d’une double page illustrée d’une belle photographie ; les explications sont accessibles aux jeunes lecteurs de 7 à 77 ans. L’auteur se place en observateur fasciné, il nous dévoile comment les végétaux se défendent, comment les plantes se camouflent, ressentent les odeurs, réagissent au toucher et au son. Les dernières découvertes révèlent que certaines plantes contiennent de l’or, « lisent l’heure » ou encore, asservissent les insectes… Il nous parle de la fourmi Dracula qui détient le record du mouvement corporel le plus rapide sur terre, d’une araignée du Sud-Est asiatique qui produit un lait plus nutritif que le lait de vache, du rat taupe qui défie cancer et vieillissement, de la queue du kangourou qui en fait un véritable « mouton à cinq pattes », des moustiques distraits par la musique électronique et que dire de ces baleines qui apprennent de leurs baleineaux de nouveaux chants. En dépit d’une approche joyeuse et admirative du monde des plantes et des animaux (qui ne rirait, par exemple, des fous rires communicatifs des perroquets de Nouvelle Zélande ?), l’auteur nous alerte sur la menace qui pèse sur le monde des vivants. Il décrit ainsi le paradoxe auquel sont confrontés les naturalistes contemporains : ceux-ci partent à la rencontre d’un monde vivant qui existe depuis des millions d’années, sachant qu’ils doivent explorer la planète plus vite que jamais. Pourquoi ? Parce que le bouleversement climatique et l’évolution des écosystèmes modifient brutalement une part importante de tout ce qu’ils observent. Chaque nouvelle espèce est décrite, génétiquement analysée, référencée… et classée dans la trop longue liste rouge des animaux et plantes en voie de disparition. Bien que ce livre entende nous distraire un moment du catastrophisme ambiant et nous faire partager le bonheur de s’abandonner à l’observation naturaliste, il est aussi fait pour nous instruire. Nous découvrons ainsi que le végétal détient certaines clés de nos problèmes actuels. Par exemple, quelque 350 végétaux peuvent survivre à une déshydratation extrême, puis en quelques heures d’arrosage, retrouver miraculeusement leur état initial. La compréhension de ce phénomène pourrait aider les agronomes à produire des plantes capables de tolérer l’absence de précipitations et de s’adapter à la sécheresse. Autre exemple d’adaptation au réchauffement climatique : certaines algues vertes nous montrent comment elles peuvent modifier presque instantanément leur génome ; ces algues permettraient la création de procédés inédits pour dépolluer les eaux et produire des biocarburants. Une dernière découverte nous est révélée, promesse d’un monde en meilleure santé : pour mettre fin aux dégâts indéniables des pesticides, les chercheurs auraient mis au point des vaccins écologiques, à base d’ARN, qui protègent les plantes contre les maladies et les insectes ravageurs.

Les stands de la SCHN à « Pépinière en vert »

Les stands de la SCHN avec les compositions florales de la section dirigée par Mme PETITJEAN

A propos Jean EHRHART

Jean EHRHART secrétaire de la S.C.H.N
Ce contenu a été publié dans Evénéments. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.